Alerte rouge sur la défense bleue

La défense de l'équipe de France est en danger

Alors qu’il reste neuf mois avant le coup d’envoi de l’Euro, l’équipe de France traverse une zone de turbulence. Principale source d’incertitudes pour Didier Deschamps, sa défense. Entre faible de temps de jeu, manque de frisson et horloge qui tourne.

 

Une droite bien trop molle

Si Mathieu Debuchy a longtemps pris les devants, en étant notamment titulaire lors de la Coupe du Monde au Brésil, depuis plus d’un an la donne semble avoir bien changé. L’ancien Lillois n’est plus titulaire à Arsenal, passé derrière le jeune Bellerin dans l’esprit de Maître Wenger, il se dirige vers une saison compliquée. Pour Didier Deschamps la situation est claire « A la limite, qu’ils soient titulaires ou non, il faut qu’ils aient du temps de jeu, et si possible qu’ils ne restent pas un mois sans jouer ». Alors oui dans un club comme Arsenal la saison sera longue et les occasions de jouer pour Debuchy seront nombreuses, mais en privilégiant la quantité à la qualité, ne fait-on pas une erreur ? En quoi des matchs sans enjeu particulier comme des rencontres de coupe ou face à des adversaires modestes, peuvent-ils permettre à Debuchy, qui aura 31 ans en juillet prochain, de hisser son niveau de jeu au palier international ? La question reste entière et les solutions dans le couloir droit ne sont pas légion.

Bacary Sagna en septembre 2015 en équipe de France

Les deux alternatives les plus fiables se nomment Bacary Sagna (32 ans) et Christophe Jallet (31 ans). Pour le premier nommé la situation est quasi identique à celle de Debuchy. Doublure de Kolarov à Manchester City, il doit attendre une blessure ou une méforme du serbe pour enchaîner les matchs, sinon il devra se contenter de fouler le couloir droit loin des parties à étoiles de la C1 et des « Big Four Confrontations ». Une situation problématique quand on se penche sur les derniers matchs en Bleu du natif de Sens. De son côté Christophe Jallet a de quoi séduire, solide, simple et titulaire il présente pour l’instant le profil le plus crédible. Mais une vilaine blessure aux adducteurs l’éloigne actuellement des terrains, Rafael s’est installé dans son fauteuil à l’OL et son expérience internationale (9 sélections) sont nombre d’éléments qui ne jouent pas en sa faveur à neuf mois de l’Euro.

En fouillant un peu plus loin dans le vivier des latéraux droits tricolores on se rend rapidement compte qu’il n’est pas si étoffé que ça. Corchia, Sidibé, Théophile-Catherine voire Foulquier, malgré leur vécu en sélections de jeunes sont trop légers actuellement pour les grands Bleus, et chez les plus jeunes Léo Dubois (Nantes) ou Youssouf Sabaly (prêté à Nantes par le PSG) sont à des années lumières de l’équipe de Deschamps. Le vrai manqué de la FFF se nomme Serge Aurier qui a choisi de se battre pour les Éléphants ivoiriens plutôt que pour le Coq et qui déclarait en 2013 « J’ai senti une envie de certaines personnes pour que j’évolue sous le maillot français. Ça m’a fait plaisir. J’aurais pu me dire « Pourquoi pas moi ? ». D’autant qu’il y a pas mal de jeunes appelés en ce moment. Mais je pense qu’à ce poste, il y a assez de monde. » Pas assez Serge, pas assez…

[poll id= »1″]

 

Un couloir gauche très peuplé

Si à droite l’incertitude est de mise, à gauche les idées de DD sont un peu plus claires. Patrice Evra a participé à 24 matchs sur les 37 dirigés par son ancien coach de Monaco. Alors même si son âge (34 ans), ses performances moyennes en Bleu et sa côte d’impopularité jouent contre lui, il est et restera l’option numéro 1. Peut-on logiquement se passer d’un gars qui pèse presque 70 sélections, plus de 100 matchs européens et une décennie de vécu à Manchester United ou à la Juventus ?

Patrice Evra sous le maillot de l'équipe de France

Derrière Evra, Lucas Digne avait un avenir tout tracé. De Lille au PSG, des espoirs aux A, il devait devenir titulaire rapidement et s’imposer comme la nouvelle référence tricolore à son poste. Mais voilà, le natif de Meaux n’a jamais réussi à déloger Maxwell du onze parisien et ne compte aucun match référence en Bleu. Oublié petit à petit, il n’a plus connu la joie de dormir à Clairefontaine depuis novembre 2014. En ralliant l’AS Rome cet été il entame un gros défi qui est celui tout d’abord de retrouver du temps et son niveau de jeu, pour espérer intégrer les 23 en juin prochain. Face à Digne se dresse son successeur au PSG, un certain Layvin Kurzawa. Auteur d’une énorme première saison à Monaco, le latéral très offensif (8 buts déjà en L1) a vu son corps le lâcher après avoir connu ses deux premières sélections. Revenu en forme en ce début de saison, il vient de se blesser à nouveau aux adducteurs avant de rallier le PSG où il devra batailler face à … Maxwell. Comme pour Lucas Digne, ce n’est pas sa jeunesse qui effraiera Deschamps mais plutôt le manque de temps de jeu. Un problème que ne connaît pas Benoît Trémoulinas à Séville. Le petit gaucher de 29 ans s’éclate sans bruit sous le soleil andalou. Au milieu de la colonie des anciens de L1, il a imposé sa simplicité, son activité et ses centres appliqués. Très apprécié par Didier Deschamps, il sera difficile à déloger par les deux jeunes loups cités précédemment. Même s’il est en difficulté à Manchester City, n’enterrons pas non plus Gaël Clichy, qui peut porter à quatre le nombre de joueurs pour un seul poste. Mais plus il y aura le choix, mieux ce sera.

Alors qu’à droite la relève peine à éclore, côté gauche c’est le contraire. Si l’on excepte Digne et Kurzawa, Benjamin Mendy (21 ans) et Jordan Amavi (21 ans) représentent l’avenir à ce poste. Pour l’instant cantonnés aux Espoirs, leurs noms pourraient venir chatouiller les oreilles de Deschamps peut-être plus vite qu’on ne le pense.

[poll id= »3″]

 

Une paire centrale incertaine

Si on avait à faire un état des lieux rapide de la situation individuelle des défenseurs centraux appréciés par Deschamps, il faut avouer qu’on a de quoi être inquiet. Pourtant symbole de la révolution Bleue face à l’Ukraine, Mamadou Sakho ne fait pas partie du groupe et n’est pas même plus titulaire à Liverpool, barré par Lovren. Mangala est pour l’instant aligné par Pellegrini mais l’arrivée d’Otamendi pour 40M€ ne laisse rien présager de bon pour l’ancien de Porto, que City voulait même céder en monnaie d’échange pour ce transfert… Varane joue aux côtés de Ramos en attendant le retour de blessure de Pepe. Zouma est un joker de luxe à Chelsea. Au final seul Laurent Koscielny apporte des garanties en club, titulaire à Arsenal et capé d’une vingtaine de sélections, il peine à convaincre en Bleu. Un constat préoccupant pour le sélectionneur dont on connaît l’appétence pour les socles défensifs solides. « Je connais les qualités des uns et des autres et, hormis Laurent Koscielny, ce sont tous de jeunes joueurs. Et c’est une difficulté d’être un jeune défenseur dans un grand club ».

Kurt Zouma sous le maillot Bleu

Parmi les candidats potentiels à l’équipe de France, deux noms tirent leur épingle du jeu. Tout d’abord celui d’une vieille connaissance, le nouveau joueur du FC Séville, Adil Rami (29 ans, 26 sélections) et le jeune Aymeric Laporte qui à 21 ans attaque sa troisième saison dans la peau d’un titulaire à Bilbao et qui est visiblement déçu de ne pas être sélectionné par Deschamps. Cependant dans ce secteur ultra cher à notre ami sélectionneur, ne misons pas sur une surprise aussi peu de temps avant la compétition.

[poll id= »4″]

 

Elias TOUMI
@Sir_Elias_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *