Bruma, ailier de tradition

Bruma jeune ailier portugais s'inscrit dans la traditions des joueurs formés au Sporting

Alors que la Coupe du Monde U20 bat son plein en ce début de mois de juillet, le Portugal qui vient de se faire sortir par le Ghana en 8èmes de finale compte dans ses rangs une petite pépite répondant au nom de Bruma.

 

Le Mondial des moins de 20 ans qui se déroule cet été en Turquie nous a réservé d’ores et déjà de belles surprises collectives avec la présence en quarts de finale de l’Irak et de l’Ouzbékistan notamment. Du côté des joueurs cette compétition c’est une fabuleuse vitrine pour certains et un aboutissement pour d’autres.  Des gars comme Pogba, Digne, Kondogbia, Deulofeu, Jesé, Oliver Torrès, Angelo Henriquez ont déjà bien gambadé sur les pelouses Européennes ces derniers mois. L’édition 2013 est chargée de noms qui ont déjà fait salivé et régalé les amateurs de Football Manager. Si ce petit Mondial nous a sorti de belles promesses lors des éditions précédentes, Adriano et Saviola en 2001, Messi et Llorente en 2005 ou Agüero en 2007, n’oublions pas non plus ces joueurs qui ont fait une compétition de folie et sont retombés dans l’anonymat le plus complet. Qui se souvient encore de Ismaël Matar, cet Emirati élu meilleur joueur en 2003 ou de Dominic Adiyiah le Ghanéen meilleur buteur de l’édition 2009 en Egypte ? Un destin qu’aimerait bien éviter Bruma, l’ailier Portugais de 18 ans, actuel meilleur buteur et certainement le meilleur joueur de la compétition pour l’instant, qui nous le rappelons n’en n’est qu’au stade des quarts.

 

Le label qualité Sporting

Armindo Tue Na Bangna dit « Bruma » est en avance sur son temps, né en 1994 il fait partie des joueurs surclassés comme Kurt Zouma puisque la Coupe du Monde U20 est officieusement réservée aux membres de la génération 93. Formé à l’école du Sporting Lisbonne qui pour l’occasion a ressorti son moule dans lequel ont été faits Luis Figo, Cristiano Ronaldo, Quaresma ou encore Nani. Autant le dire tout de suite c’est déjà le gage d’une belle qualité. Rapidement étiqueté « jeune prodige » le Luso-Guinéen (né à Bissau) possède la panoplie complète du super ailier moderne. Il va vite, il dribble bien et finit généralement ses actions en faisant trembler les filets. Trop talentueux pour se morfondre chez les jeunes Leões il est rapidement intégré à l’équipe première dès février. Avec 13 apparitions dont 11 titularisations pour un but il doit encore progresser dans son jeu collectif. Un peu comme Nani ou CR7 en leur temps, Bruma est trop perso et se lance souvent dans de longues traversées du terrain ponctuées de pertes de balles. Arrivé en Turquie avec un statut de star parmi les jeunes Portugais il n’aura pas déçu malgré l’élimination précoce des Lusitaniens.

Un avenir à deux chemins

Sorti en tête du groupe B devant le Nigéria, la Corée du Sud et Cuba, le Portugal aura pu compter sur un Bruma déchaîné. 3 matchs, 5 buts et 2 passes décisives pour lui. Malheureusement éliminés hier par le Ghana en 8èmes de finale les jeunes Portugais n’ont jamais pu s’appuyer sur Bruma, constamment muselé par au moins deux adversaires comme l’expliquait le capitaine Ghanéen Lawrence Lartey « Bruma est très dangereux et rapide. Nous le savions et nous voulions absolument éviter de lui laisser des espaces. C’est pourquoi nous avons toujours essayé de mettre deux joueurs au marquage, pour qu’il ne puisse pas partir vers le but comme il a l’habitude de le faire. Je pense que ça a marché. » 

Bruma

Paul Pogba avec le maillot du Portugal

Cette élimination n’aura pas refroidi l’intérêt des grands clubs qui tapent à la porte du Sporting de Portugal (et non Sporting de Lisbonne n’en déplaise à Frédéric Callenge) pour Bruma depuis quelques années. Les deux Manchester s’y sont cassé les dents et dernièrement le Chelsea de José « Happy One » Mourinho s’est rapproché de l’entourage du joueur. Alors quel destin pour Bruma ? Deux chemins s’ouvrent à lui, la voie lactée tracée par les deux Ballons d’Or, Luis Figo et Cristiano Ronaldo ou le chemin voire l’impasse dans laquelle sont allés se fourrer Nani et surtout Quaresma. Pour Bruma l’objectif c’est de progresser et il l’a bien compris c’est en jouant un maximum de matchs, il a annoncé vouloir rester au moins un an de plus du côté de Lisbonne malgré les difficultés financières que rencontrent les Leões. Catio Baldé, l’agent, voit plus loin pour son poulain « Il est encore très jeune et ambitionne d’être au prochain Mondial. Il travaille tous les jours pour ça. Je considère humblement, qu’il pourrait être une alternative crédible à Nani lors de la Coupe du Monde de l’année prochaine ». Après avoir marqué le mini Mondial de son empreinte, il pourrait être une des surprises de la Coupe du Monde, la vraie, dans un an. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

 

Elias TOUMI
@Sir_Elias_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.