Et si on jouait des play-offs en Ligue 1 ?

Et si on jouait des playoffs en Ligue 1 pour relancer le spectacle ?

A l’heure où le suspense monte en NBA avec le début des play-offs, le sort de la Ligue 1, lui, semble plier depuis belle lurette. Paris sera champion pour la deuxième année consécutive, ce n’est qu’une question de temps. Pour redonner vie à notre championnat, Les Remplaçants soumettent une idée : et si on lançait des play-offs en Ligue 1 ? Le concept semble illusoire, voire injuste pour certains, mais il pourrait donner de l’attrait à ces fins de saison souvent ennuyeuses. Et vous, quel est votre avis ?

 

Le changement, c’est maintenant !

Aux Etats-Unis, c’est le moment tant attendu. Qu’ils soient en NBA, NFL, ou NHL, les débuts des play-offs marquent le retour du show à l’américaine. Fini les matchs sans gloire de bas de tableau, place aux rencontres à suspense entre les meilleures équipes du championnat. Les audiences télés sont boostées, les stades pleins à craquer, et les matchs souvent imprévisibles. Alors pourquoi ne pas tenter l’expérience en Ligue 1 ? L’idée n’est pas de remettre en question la supériorité du PSG (après tout, l’OL a régné pendant sept ans sur le championnat sans que la question ne se pose), mais de donner du peps à un championnat un peu morne, qui souffre de la concurrence de ses voisins européens. Imaginez un peu : au terme d’une saison régulière, les meilleures équipes s’affronteraient dans des matchs aller/retour à élimination directe avec, en apothéose, une rencontre unique en guise de finale au Stade de France. Bien sûr, les équipes les mieux classées bénéficieraient de l’avantage du terrain en récompense de leur saison régulière aboutie. Les buts à l’extérieur compteraient double pour forcer les équipes à produire du jeu hors de leur base. Résultat : le public assisterait à une fin de saison format « Ligue des Champions » où le suspense et les surprises seraient garantis. Sur le terrain, les équipes favorites devraient justifier leur statut face à des adversaires qui n’auraient rien à perdre. Enfin, d’un point de vue économique, la Ligue 1 s’assurerait de meilleurs revenus : des affluences en hausse dans les stades, des audiences télés stimulées et des droits TV certainement augmentés !

 

Les play-offs, non merci !

Oui mais voilà, l’idée n’est qu’illusion ! Au regard de l’histoire de la Ligue 1, instaurer des play-offs relèverait d’une véritable révolution. Tout d’abord, le système remettrait en question le principe méritocratique cher à notre pays : le champion, c’est celui qui a récolté le plus de points dans une compétition où tout le monde part de zéro (enfin de zéro… de zéro point oui, pas de zéro euro!)  Par la suite, la question de la répartition des places européennes ferait débat : qui seraient les deux clubs qualifiés pour la Ligue des Champions ? Ceux qui auraient terminé la saison régulière en tête ? Ou ceux qui se hisseraient en finale du championnat ? Et pour la troisième place, synonyme de barrage ? Une petite finale entre les équipes éliminées en demi-finales ? Bref, le casse tête semble sans solution. Enfin, last but not least, instaurer des play-offs engendrerait une diminution du nombre d’équipe évoluant en Ligue 1. Impossible en effet de disputer des matchs supplémentaires au terme des 38 journées de saison régulière ! Le calendrier serait trop chargé, et les équipes en pâtiraient dans les compétitions européennes. Seule une Ligue 1 à 16 équipes permettrait d’envisager le scénario des matchs à élimination directe. Mais pour les clubs de bas de tableau, cette réglementation ressemblerait à une épuration (et les conséquences pour les championnats inférieurs seraient aussi importantes).

 

Nos voisins qui ont adopté les play-offs

Pourtant, malgré tous ces contre-arguments, il existe des ligues de football qui ont choisi d’instaurer des play-offs pour sacrer leur meilleure équipe: la Major League Soccer  aux Etats-Unis ou encore la Jupiler Pro League en Belgique. On ne parlera pas ici du championnat grec, où les play-offs concernent uniquement les équipes classées entre la 2ème et 5ème place, en fin de saison régulière pour les places européennes, le premier accédant directement au titre de champion.

Les play-offs de Major League Soccer répondent à une tradition américaine dans le domaine. Le système est proche de celui de la NBA (divisé en deux associations Est et Ouest) et il réserve souvent des surprises. En 2012 par exemple, les Los Angeles Galaxy de David Beckham décrochent le titre après avoir fini quatrième de la saison régulière à l’Est. L’an dernier aussi, les joueurs du Sporting Kansas City s’étaient imposés alors qu’ils avaient fini deuxième de leur championnat à l’Ouest.

En Belgique, depuis 2009, la Jupiler Pro League propose un mini-championnat entre les six meilleures équipes des 30 premières journées. Au terme de la saison régulière, les points obtenus par les clubs qualifiés sont divisés par deux, et arrondis à l’unité supérieure. S’ensuit alors un championnat où toutes les équipes se rencontrent à deux reprises avec la même répartition des points que lors d’une saison normale. Le champion est proclamé à la fin des dix journées. Depuis son lancement, cette formule n’a connu qu’un seul revirement de situation. Lors de la saison 2010-2011, Genk, deuxième à l’issue des trente premières journées, avait réussi à détrôner Anderlecht de sa première place. Cette année aussi, le scénario pourrait aussi se répéter. Le Standard de Liège, favori à l’issue de la saison régulière, semble marquer le pas face à Bruges, qui a pris les rennes du championnat à quatre journées de la fin.
[poll id= »2″] Les différents scénarios possibles

Si la Ligue 1 s’arrêtait aujourd’hui, voici les différentes possibilités de play-offs qui s’ouvreraient à nous :

1)      A la mode belge, le plus conservateur

Playoffs Belges

Début d’un nouveau championnat avec dix rencontres pour chaque équipe.

 

2)      A la mode Top 14, l’entre deux

Playoffs Top 14

Les deux premiers du classement sont qualifiés pour les demies-finales. Matchs de barrage entre le 4ème et le 5ème et le 3ème et le 6ème. Matchs aller-retour, avec avantage de terrain pour l’équipe la mieux classée. But compte double à l’extérieur.

 

3)      A la mode Ligue des Champions, le plus ouvert

Playoffs Ligue des Champions

Matchs aller-retour, avec avantage de terrain pour l’équipe la mieux classée. But compte double à l’extérieur.

 

Nicolas DURDILLY
@NicolasDurdilly

1 commentaire

  • Thomas dit :

    Article très intéressant ! Personnellement, les playoffs, je suis pour. Quand on voit des fins de saisons interminables et inintéressantes comme ce moment en L1…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.