Everton dans le bon tempo

Everton réalise un bon début de saison

Sixième de Premier League, Everton prend cette saison ses quartiers dans le haut de tableau. Malgré leur contre-performance face à West Bromwich ce lundi (1-1), les Toffees restent en embuscade à seulement un point de la quatrième place qualificative pour la Ligue des Champions. Présentation de l’autre équipe de Liverpool.

A Liverpool, deux clubs déchaînent les passions. Il y a bien évidemment les Reds du Liverpool FC. Un stade mythique, un buteur prolifique en la personne de Luis Suarez, l’emblématique Steven Gerrard ou encore le Frenchie Mamadou Sakho. Avec un palmarès franchement impressionnant : pas moins de 18 titres de Champion d’Angleterre ou encore cinq Ligue des Champions. Mais le deuxième club le plus titré d’Angleterre voit petit à petit la concurrence de l’autre club de la Mersey s’intensifier.

Cette autre équipe du Merseyside, c’est Everton. Le plus ancien club de la ville, fondé en 1878, fait désormais figure de prétendant à la Ligue des Champions. Sixièmes au classement, les Toffees ne sont qu’à un petit point de la quatrième place occupée à l’heure actuelle par l’ennemi juré, Liverpool.

Ross Barkley dans les pas de Rooney, Everton, fabriquant officiel de sosies de Shrek
Ross Barkley dans les pas de Rooney, Everton, fabriquant officiel de sosies de Shrek

Une lutte pour le quatrième strapontin européen qui s’annonce passionnante en compagnie des Reds, de Tottenham, voire de Manchester United et Newcastle. « Je vais vous emmener en Ligue des Champions » avait clamé Roberto Martinez lors de son intronisation en lieu et place de David Moyes. Une participation en Ligue des Champions que les aficionados de Goodison Park attendent avec impatience. Le principal faits d’armes des Toffees en Coupe d’Europe restant la victoire en Coupe des Coupes en 1985.

 

La réussite de Moyes et Martinez

Le beau parcours des Toffees marque une continuité dans les résultats obtenus ces dernières saisons. D’abord la continuité d’un homme, parti céder aux sirènes du grand Manchester en lieu et place de l’immense Sir Alex Ferguson : David Moyes. Arrivé en 2002, l’Écossais a su stabiliser Everton dans la première partie du classement. Jusqu’à terminer la saison dernière devant le rival Liverpool.  Et force est de constater que pour Roberto Martinez, la reprise du flambeau est pour l’heure accomplie. Arrivé de Wigan à l’intersaison en ayant remporté la Cup mais sans être parvenu à éviter la relégation des Latics, l’Espagnol parvient à tirer le meilleur de son collectif. Orphelin de Marouane Fellaini parti rejoindre David Moyes à Manchester United, le néo-coach a su s’appuyer sur les valeurs sûres de l’effectif (Baines, Jagielka, Distin, Pienaar) et tirer profit d’un recrutement bien mené (Lukaku, Barry, McCarthy). Avec quelques coups de maître (victoire à Manchester et à Chelsea, nul face à Arsenal et Liverpool), les Toffees semblent être entrés dans une nouvelle dimension.

 

Bien défendre, c’est leur Distin

Sylvain Distin
A 35 ans, le Frenchie Sylvain Distin a entamé sa huitième saison chez les Toffees.

Everton pratique l’un des jeux les plus agréables à regarder de Premier League. Mais doit surtout sa réussite à sa solidité défensive. La deuxième défense de Premier League avec 20 buts encaissés. Son dernier rempart américain Tim Howard, passé notamment par Manchester United, entame cette année sa huitième saison chez les Toffees. Devant lui le duo Phil Jagielka – Sylvain Distin forme une charnière de papy loin d’être boiteuse. Et sur les côtés, Roberto Martinez dispose certainement des deux meilleurs arrières latéraux de Premier League : Seamus Coleman à droite (5 buts cette saison), et Leighton Baines à gauche qui a su résister aux appels incessants de Man U. Si l’on ajoute à cela la présence de Gareth Barry et de James McCarthy au milieu, la vista de Ross Barkley, la vitesse de Kévin Mirallas ou encore la confirmation Romelu Lukaku (9 buts, 6 passes décisives), on obtient un savant mélange de jeunes joueurs en devenir et de vieux briscards qui fait aujourd’hui merveille.

Sixièmes de Premier League à seulement un point de la quatrième place, Everton est dans les temps.  Reste aux Toffees à prouver sur la durée qu’ils ont les épaules pour jouer les premiers rôles en championnat. Car avec un calendrier à venir plus que copieux (Liverpool, Aston Villa, Tottenham, et Chelsea), les protégés de Roberto Martinez devront se montrer à la hauteur de leurs nouvelles ambitions. Goodison Park n’attend que ça.

 

Julien COLLOMB
@JujuCollomb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.