Quand Raymond Domenech vendait ses billets au noir

Raymond Domenech épinglé pour avoir vendu des billets au noir lors de la Coupe du Monde 1994

A quelques jours du début du Mondial brésilien, Les Remplaçants continuent de vous faire revivre les anecdotes de la compétition. En 1994, Raymond Domenech, consultant télé pour la Coupe du Monde aux Etats-Unis, est arrêté par la police américaine pour marché noir. Le sélectionneur des Espoirs tentait de revendre à la sauvette trois places pour le match Bolivie-Corée du Sud… Retour sur les faits.

Ce 23 juin 1994, la carrière de Raymond Domenech aurait pu prendre un tout autre virage. Cinq jours après le début de la Coupe du Monde aux Etats-Unis, la Bolivie doit rencontrer la Corée du Sud pour son second match de poule. Tombées dans le groupe C avec l’Allemagne et l’Espagne, les deux équipes sont déjà dans l’obligation de l’emporter pour espérer atteindre les huitièmes de finales de la compétition. Le matin du match, un drôle d’événement va se dérouler aux abords du stade de Foxborough (61 000 places), une ville de la banlieue de Boston dans le Massachusetts qui doit accueillir la rencontre. Alors qu’ils patrouillent autour de l’enceinte, des policiers interpellent un individu en train de vendre trois places au marché noir. Cet homme n’est autre que Raymond Domenech, sélectionneur des Espoirs français depuis un an. Consultant pour une chaîne de télévision à l’occasion du Mondial, il est aussi en charge de superviser les équipes pour la sélection tricolore. Menotté dans le dos, il est embarqué et rejoint les locaux de la police pour être interrogé. Il sortira quelques heures plus tard, après avoir payé une caution.

Raymond Domenech a été sélectionneur de l'Equipe de France entre 2004 et 2010

Raymond Domenech a été sélectionneur de l’Equipe de France entre 2004 et 2010

Peur pour son avenir

Raymond Domenech est inquiet. Il sait que si l’affaire s’ébruite, il peut y laisser sa place. En tant que représentant de la Fédération Française de Football, il a été pris en flagrant délit de marché noir pour des places qu’il n’avait sans doute pas payées. Le problème, c’est qu’en temps de Coupe du Monde, les secrets sont difficiles à conserver. Avec les nombreux journalistes sur place, le séjour au commissariat du sélectionneur circule vite et menace de sortir dans la presse. Raymond Domenech, sentant le vent tourner, passe un coup de fil à la FFF. Il explique sa situation et établit un plan de communication avec ses supérieurs. Le discours officiel est diffusé aux médias : « La Fédération avait acheté des places qui n’avaient pas trouvé preneur. Elle les a données à ses salariés présents aux Etats-Unis pour qu’ils les revendent. » Les journalistes relayent l’information et l’affaire s’arrête là…

"Oups, je crois que j'ai fait une bêtise..."

« Oups, je crois que j’ai fait une bêtise… »

Dans son livre Domenech, histoires secrètes d’une imposture, le journaliste Bruno Godard  est revenu sur cette étrange arrestation : « Qui peut croire que la FFF a besoin du fruit de la vente de 3 billets pour le match Bolivie-Corée du Sud ? Qui peut imaginer qu’une telle organisation utilise des méthodes aussi basiques et pathétiques pour grappiller quelques centaines de francs ? Mais surtout, pourquoi acheter des billets Bolivie-Corée du Sud ? […] Franchement, j’ai du mal à comprendre, mais je dois être le seul, car cette version officielle est passée comme une lettre à la poste. Aujourd’hui encore, personne n’ose dire que Raymond Domenech le filou a peut-être essayé de vendre à la sauvette des billets d’un match afin de se faire une petite cagnotte pour acheter des casquettes avec des oreilles de Mickey. » Si ces propos sont toujours restés des soupçons, ils posent toutefois les bonnes questions. On n’ose imaginer ce qui se serait passé s’ils avaient été avérés. Raymond Domenech aurait-il conservé sa place? Serait-il devenu sélectionneur de l’équipe de France? On ne le saura jamais. Pour la petite histoire, le match entre la Bolivie et la Corée du Sud a accouché d’un triste 0-0 et aucune de deux équipes ne s’est qualifiée pour les huitièmes de finale…

 

Nicolas DURDILLY
@NicolasDurdilly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.