Futur Big Diatta

Krépin Diatta est la dernière pépite du football sénégalais. À 20 ans, l’ailier adroit à gauche a le temps de l’insouciance. Débordements et passes décisives, quelque part entre la Norvège et Khalilou Fadiga.

Une fois la liste des 23 sénégalais qui se rendront à la CAN entérinée par Aliou Cissé, les regards des curieux se sont portés sur un nom : Krépin Diatta. Plus jeune joueur de la tanière, du haut de ses 20 ans, il fait encore figure d’inconnu aux yeux du grand public au milieu des Sadio Mané, Kalidou Koulibaly, Keita Baldé et autres Idrissa Gueye. Il y a pourtant fort à parier qu’à la fin de la compétition, Krépin Diatta n’aura plus rien d’un jeune anonyme. Formé au Sénégal comme neuf autres de ses compatriotes, le natif de Ziguinchor, grande ville commerçante au sud du pays, a tapé ses premiers ballons à l’Oslo Football Académie. Loin d’être aussi renommée que les autres écoles de football qui ont fleuri aux quatre coins du pays comme Génération Foot, Diambars voire même l’Aspire Academy, l’Oslo FA est un petit club de quatrième division implanté à Dakar en mission détection et formation, dont Krépin Diatta est pour l’instant l’unique fleuron.

Dakar – Oslo, la ligne directe

Pour se lancer dans le grand bain européen du football professionnel, Krépin Diatta a choisi la Norvège et le club de Sarpsborg 08. Aucun lien avec la dénomination de l’Oslo Football Académie, simple hasard bienheureux, qui permettra à son club formateur d’empocher 50 000€ pour ce transfert. Au premier abord, c’est une destination froide et surprenante pour un sénégalais à peine majeur. D’habitude, les lionceaux de la Teranga plutôt doués balle au pied s’envolent pour la France, la Belgique voire les puissants clubs nord-africains. Mais quand on s’y penche de plus près, la voie Dakar-Oslo n’est pas si singulière que ça. Nombreux sont les sénégalais à avoir fourbi leurs crampons sur les pelouses du grand nord. Madiou Konaté est l’un de ces pionniers lorsqu’il débarque au Molde FK au milieu des années 2000. Un chemin que bien d’autres suivront comme les futurs internationaux Makthar Thioune (Sparta Sarpsborg, Molde, Viking Stavanger), Badou Ndiaye (FK Bodø/Glimt), Kara Mbodj et Saliou Ciss (Tromsø IL), Abdoulaye Seck (Hønefoss BK, Sandefjord Fotball) pour ne citer qu’eux. Mais c’est surtout le passage de Mame Biram Diouf, encore une fois du côté de Molde, entre 2007 et 2009 qui aura marqué les esprits. 62 matchs et 29 buts qui permettront à l’attaquant arrivé à 20 ans chez les BlåHvit de s’envoler ensuite pour Manchester United, et faire aujourd’hui les beaux jours de Stoke City en Premier League. À l’heure actuelle, ils sont sept sénégalais à évoluer dans les deux premières divisions du pays des grands blonds, dont deux grosses promesses : Alioune Ndour, 21 ans qui évolue à Sogndal et Pape Habib Gueye, 20 ans déjà auteur de 17 buts en une saison et demie sous les couleurs d’Aalesunds.

Quand on réussit à s’adapter à cet environnement, on
peut réussir partout.

Pape Habib Gueye (Aalesunds), à propos du championnat norvégien

Pour Krépin Diatta, l’histoire est allée très vite depuis son arrivée en Norvège. Il y signe le 26 février 2017, avant de décoller 24 heures plus tard pour la Zambie où il participe à la Coupe d’Afrique des Nations U20. Finaliste malheureux aux côtés de ses compères de la génération 1999, Ibrahima Niane, aujourd’hui à Metz, et Ousseynou Cavin Diagne, qui évolue au Mans, Krépin Diatta aura inscrit 2 buts et terminera dans l’équipe type du tournoi. Un peu moins brillant mais tout aussi formateur, il jouera en Corée du Sud la Coupe du Monde U20, sans inscrire de but, le Sénégal quittant le Mondial en huitièmes de finale après une défaite face au Mexique. En club, au Pays des Fjörds, il connaît une ascension fulgurante. Placé principalement en ailier gauche, il enchante régulièrement les 5000 spectateurs du petit Sarpsborg Stadion et boucle son exercice 2017 de façon supersonique avec 8 buts et 7 passes décisives en 27 apparitions toutes compétitions confondues. Dans son sillage, les bleus et blancs de Sarpsborg terminent à une belle 3ème place, eux qui n’avaient plus fréquenté le podium du championnat depuis 2012. Enfin, pour terminer en beauté son année, Krépin Diatta récupère logiquement le prix du meilleur espoir de l’Eliteserien.

« Je pense que la meilleure chose pour moi est de trouver autre chose que Sarpsborg. J’ai fait une bonne saison ici, j’ai marqué des buts, été crucial et élu meilleur jeune joueur. J’ai réalisé ce dont j’avais besoin ici. S’il y a maintenant une opportunité de rejoindre un nouveau et plus grand club, ce serait vraiment un rêve ». En ces mots, Krépin Diatta signe la fin de son aventure en Norvège. Courtisé en Angleterre, où la presse parle de lui comme… Krispin Diatta, en Russie et en Belgique, il donne clairement sa préférence à notre chère Ligue des Talents. « Si je dois choisir un championnat comme prochaine étape, je pense que ce sera la Ligue 1 en premier choix. Et puis, il peut y avoir d’autres choses plus tard. Je suis la L1 depuis que je suis tout petit. Ce serait vraiment un bon pas en avant pour moi ». Moins d’un an après son arrivée en Europe, il signe finalement pour 2 millions d’euros… au Club Bruges KV.

Fadiga, Aliou Cissé et la CAN

Mais alors pourquoi préférer la Jupiler League quand votre nom est annoncé du côté de Manchester United, de l’Olympique de Marseille, du LOSC ou encore au Bétis de Séville ? Tout sauf un hasard quand on se replonge dans l’historique récent du club bleu et noir. « J’avais d’autres possibilités, mais je me disais que j’étais encore trop jeune pour ces clubs. Puis Khalilou Fadiga a joué un rôle important. Il n’a pas tari d’éloges à propos du Club lorsque l’on s’est retrouvé dans un même avion ». Car oui, avant d’ambiancer le couloir gauche de l’AJ Auxerre et de servir galette sur galette à Djibril Cissé, l’ailier sénégalais aux 40 sélections a fait le bonheur du Club Bruges pendant quatre saisons. Le temps pour lui de s’y tailler une bonne petite réputation « Tout le monde le connait ici. Il suffit juste que tu leur dise que tu es Sénégalais et ils commencent à te parler de Fadiga. Il a fait beaucoup de choses pour le club ». Arrivé au mercato hivernal donc en pleine saison, Krépin Diatta glane 8 matchs dont 6 titularisations et remporte son premier titre, celui de champion de Belgique. Déjà réclamé en équipe nationale par le peuple sénégalais, Aliou Cissé le juge encore trop juste et tendre pour pouvoir l’emmener dans ses bagages en Russie pour la Coupe du Monde. Partie remise.

Diatta attaque la saison suivante avec une vraie préparation physique dans les jambes et dans la peau d’un titulaire. Positionné ailier gauche, puis latéral en piston dans un système en 3-5-2, le jeune sénégalais s’impose petit à petit en championnat et découvre même la petite musique de la Ligue des Champions… avec 6 minutes de jeu. Suffisant pour qu’Aliou Cissé convoque enfin le jeune prodige avec les grands Lions de la Teranga en fin février dernier pour l’utime match (sans enjeu) de qualification face à Madagascar et un amical face au Mali. Deux apparitions, dont une titularisation, et une passe décisive plus tard, Aliou Cissé se montre satisfait mais exigeant avec son jeune joueur : « Si Krépin est là, c’est parce qu’il a de la qualité, c’est un jeune très talentueux et il constitue l’avenir de la sélection. C’est bien ce qu’il est en train de faire mais je suis convaincu qu’il peut faire mieux ». De retour en club, son influence est grandissante dans l’équipe d’Ivan Leko, et, malgré quelques petites blessures il termine la saison avec le dixième temps de jeu de l’effectif, deux buts, cinq passes décisives, une place de vice-champion, une citation parmi les meilleurs espoirs du championnat et une nomination au prestigieux mais néanmoins énigmatique Golden Ball. Suffisant pour participer à la Coupe d’Afrique des Nations édition 2019 aux côtés de son idole Sadio Mané ?

Après un léger suspense, Aliou Cissé valide définitivement la place du jeune Krépin Diatta en couchant son nom parmi les 22 autres qui iront défendre l’honneur des Lions de la Teranga. En plus de son potentiel indéniable et ses statistiques correctes, Diatta est un profil à part dans le milieu de terrain sénégalais. Il a gagné sa place grâce à ses performances régulières en club et ses deux premières apparitions très convaincantes en équipe nationale. Capable d’évoluer sur l’aile en offensif, en piston et même en milieu relayeur un peu plus axé, son aisance technique, sa vivacité et son 1m73 détonnent au milieu de joueurs aux attributs plus puissants. Offrant une multitude de solutions tactiques à son sélectionneur, sa présence en Égypte pour la CAN est très loin d’être usurpée. Une compétition qui a toujours eu pour habitude de révéler des inconnus et des jeunes talentueux aux yeux de la planète football. Parfaitement couvé au sein d’une sélection où Sadio Mané attire pour l’instant toute la lumière, nul doute que le petit Krépin Diatta va rapidement devenir plus grand, beaucoup plus grand.

Portrait à retrouver dans notre magazine SAGA AFRICA

Elias TOUMI
@Sir_Elias_