Les Bleus en Coupe du Monde: entre exploits et fiascos

La longue et riche histoire de l'équipe de France en Coupe du Monde

Elle a disputé son premier match officiel en 1904, s’est structurée avec la création de la Fédération Française de football en 1919. L’Équipe de France participe cette année au Brésil à sa quatorzième Coupe du Monde. Bien loin des Brésiliens qui sont les seuls à avoir participé à toutes les éditions du Mondial (20), mais au même niveau que l’Angleterre ou l’Espagne. Retour sur 110 ans d’histoire jalonnée de coups d’éclat retentissants mais aussi de revers cuisants.

1958: Suède. 3ème

Equipe de France 1958

En haut : Kaelbel, Penverne, Jonquet (cap.), Marcel,  Remetter, Lerond.
En bas : Wisnieski, Fontaine, Kopa, Piantoni, Vincent

Dans le sillage d’une génération dorée (Piantoni, Kopa, Fontaine…), l’Équipe de France est à cette époque entraînée par Albert Batteux, également coach du Stade de Reims. Un club avec lequel il a remporté en treize ans cinq titres de champion de France, ponctués de deux finales de Coupe d’Europe des clubs champions (l’ancienne Ligue des Champions) en 1956 et 1959. C’est en Suède que les Bleus partent en cet été 1958. Pour une compétition marquée par le retour de l’Argentine, absente depuis 1938, et la première participation de l’URSS, médaillée d’or aux Jeux Olympiques de Melbourne deux ans auparavant.

Une Coupe du Monde au cours de laquelle les Bleus se hisseront sur le podium grâce à un succès face à la RFA lors du match pour la troisième place (6-3). Un parcours tricolore marqué notamment par la défaite en demi-finale face au Brésil (défaite 5-2). Face à une sélection auriverde emmenée par un Pelé éblouissant et auteur ce jour-là d’un triplé. Les Français n’ont eux pas pu lutter à armes égales, avec la blessure au bout de 26 minutes de jeu du capitaine Robert Jonquet, et finiront le match à 10 contre 11. Les remplacements sur blessure n’étant pas autorisés à l’époque.

Un bien beau parcours que celui des Bleus qui marqueront lors de la compétition la bagatelle de 23 buts en 6 rencontres, ce qui en fait l’une formations les plus prolifiques de l’histoire (derrière les 27 buts de la Hongrie en 1954). Dont 13 par le seul Just Fontaine, encore aujourd’hui recordman absolu du nombre de buts inscrits en une seule édition.

Parcours de l’Équipe de France

Phase de poules: France – Paraguay (7-3), Yougoslavie – France (3-2), France – Écosse (2-1)

Quart de finale: France – Irlande du Nord (4-0)

Demi-finale: Brésil – France (5-2)

Match pour la troisième place: France – RFA (6-3)

Vainqueur: Brésil (5-2 face à la Suède)

 

1982: Espagne. 4ème

Equipe de France 1982

En haut : Trésor, Ettori, Janvion, Amoros, Bossis, Tigana
En bas : Rocheteau, Genghini, Giresse, Platini (cap.), Lopez

Après l’épopée de 1958, Coupe du Monde et Équipe de France riment avec échec. Pas qualifiée pour le Mondial 62, éliminée au premier tour du Mondial 66, absente en 1970 et 1974, sortie au premier tour en 1978 en Argentine, tel est le bilan famélique présenté par les Bleus en vingt ans de compétition. Une dynamique balayée par le parcours tricolore de cette édition 82 en Espagne. Une édition dont le nombre de participants passe de 16 à 24, avec une formule particulière dûe à ce changement: la mise en place de deux phases de poules, suivies des demi-finales et de la finale.

Une compétition marquée par le match connu de tout amateur de football comme l’une des plus grandes injustices du sport français : la demi-finale face à la RFA. Avec surtout cette célèbre intervention du portier allemand Schumacher sur Patrick Battiston. Bien lancé en profondeur par Platini, Battiston, habituel latéral droit reconverti ici milieu de terrain, parvenait à lober Schumacher qui, lancé comme une Formule 1, allait le percuter de plein gré. Un attentat jugé licite par l’arbitre néerlandais de la rencontre, Charles Corver.

Sonnés par ce coup du sort, les Bleus, entraînés à l’époque par Michel Hidalgo, trouvaient les ressources pour prendre deux buts d’avance en prolongations (3-1) par Marius Trésor et Alain Giresse. Malheureusement, il était sans doute écrit que les Bleus ne gagneraient pas cette rencontre, et que le stade Sanchez Pizjuan de Séville serait ce soir là l’arène dans laquelle les toreros allemands décideraient la mise à mort des tricolores (3-3 après prolongation, 5-4 aux tirs aux but). Emmenée par Platini, Rocheteau, Trésor ou encore Tigana, l’Équipe de France ne parvient pas à arracher une seconde médaille de bronze, s’inclinant lors du match pour la troisième place face à la Pologne (3-2). Une quatrième place au final pleine de promesses.

Parcours de l’Équipe de France

Premier tour: Angleterre – France (3-1), France – Koweït (4-1), France – Tchécoslovaquie (1-1)

Second tour: France – Autriche (1-0), France – Irlande du Nord (4-1)

Demi-finale: France – RFA (3-3, 4-5 aux tirs au but)

Match pour la 3ème place: Pologne – France (3-2)

Vainqueur: Italie (3-1 face à la RFA)

 

1986: Mexique. 3ème

Equipe de France 1986

En haut : Amoros, Bats, Rocheteau, Battiston, Bossis, Fernandez
En bas : Giresse, Platini (cap.), Stopyra, Tusseau, Tigana

Des promesses confirmées lors d’une année 1984 qui se révèlera faste pour le football français. Vainqueur de l’Euro, les Bleus empochaient également le tournoi olympique des JO de Los Angeles, alors que l’Équipe de France Espoirs remportaient le réputé Tournoi de Toulon. De quoi arriver sur le sol mexicain avec le couteau entre les dents et plein d’ambition. Une édition 86 marquée notamment par un match qui alimente l’histoire et fait le sel de la plus belle des compétitions : le quart de finale entre la France et le Brésil.

Pour tenter de bousculer une équipe brésilienne favorite de la compétition et emmenée notamment par Zico et Socrates, les Bleus pouvaient compter sur leur « carré magique » composée de Giresse, Tigana, Platini et Fernandez. Une rencontre qualifiée de « match du siècle » par le roi Pelé en personne, durant laquelle les deux équipes allaient se livrer un duel sans merci jusqu’à l’épreuve des tirs aux buts. Et les plus nostalgiques d’entre vous ont certainement encore en tête les « vas-y mon petit bonhomme » scandés par Thierry Roland avant le tir au but décisif inscrit par Luis Fernandez.

Une qualification en demi-finale synonyme de revanche avec l’Allemagne de l’Ouest (RFA), rencontrée quatre ans auparavant au même stade de la compétition. Un match qui tournera rapidement en faveur des Allemands qui s’imposent finalement deux à zéro. C’est donc la rencontre pour la troisième place qu’allaient disputer les Bleus entraînés par Henri Michel. Pour une victoire face à la Belgique d’Eric Gerets (4-2), avec une nouvelle médaille de bronze à la clé.

Parcours de l’Équipe de France

Phase de poules: Canada – France (0-1), France – URSS (1-1), Hongrie – France (0-3)

Huitième de finale: France – Italie (2-0)

Quart de finale: Brésil – France (1-1, 3-4 aux tirs au but)

Demi-finale: RFA – France (2-0)

Match pour la troisième place: France – Belgique (4-2 après prolongations)

Vainqueur: Argentine (3-2 face à la RFA)

 

1998: France. Vainqueur

Equipe de France 1998 - France

Deschamps, Barthez, Lizarazu, Thuram, Leboeuf, Guivarch, Karembeu, Desailly, Djorkaeff, Zidane, Petit

Après des années 80 placées sous le signe de l’embellie pour le football hexagonal, le début des années 90 rime de nouveau avec échec. Absence à l’Euro 88 et au Mondial 90, élimination au premier tour de l’Euro 92… Et non qualification pour la Coupe du Monde 94 aux États-Unis. Le but de Kostadinov ou encore le « procès » de David Ginola sont encore dans toutes les têtes. Il n’y a guère que le beau parcours réalisé lors de l’Euro 96 qui donne une note positive à un ensemble bien médiocre.

C’est en tant que pays organisateur que l’Équipe de France attaque sa Coupe du Monde. Dans la peau de l’équipe en laquelle personne ne croit. Sauf bien sûr, Aimé Jacquet, le sélectionneur de l’époque. Après une phase de poules maîtrisée (trois victoires en trois matchs), les Tricolores allaient parvenir à se hisser en finale de la compétition en éliminant tour à tour le Paraguay, l’Italie et la Croatie. Une dernière échéance face au Brésil de Ronaldo, Leonardo, Roberto Carlos et consorts.

La suite, vous la connaissez toutes et tous. Le doublé de Zidane, le but final de Petit… Pour un succès net et sans bavure (3-0) qui résonne encore aujourd’hui comme l’un des plus beaux exploits du sport français.

Parcours de l’Équipe de France

Phase de poules: France – Afrique du Sud (3-0), France – Arabie Saoudite (4-0), France – Danemark (2-1)

Huitième de finale: France – Paraguay (1-0 après prolongations)

Quart de finale : France – Italie (0-0, 4-3 aux tirs au but)

Demi-finale:  France – Croatie (2-1)

Finale : France – Brésil (3-0)

 

2002 : Japon/Corée du Sud. Du rire aux larmes

L'Equipe de France 2002

En haut : Thuram, Wiltord, Desailly (cap.), Leboeuf, Viera, Petit
En bas : Barthez, Trezeguet, Henry, Djorkaeff, Lizarazu

Un petit tour et puis s’en va ! Voilà comment on pourrait résumer l’épopée des Bleus en 2002. Arrivés pourtant avec l’étiquette de favoris de la compétition, les Français, tenants du titre et vainqueurs de l’Euro 2000, n’ont été que l’ombre d’eux-mêmes pour ce Mondial organisé sur le sol asiatique, entre Japon et Corée du Sud.

Minés par la blessure de Zinédine Zidane juste avant le début de la compétition, ou encore par l’expulsion de Thierry Henry face à l’Uruguay en phase de poules, les Bleus auront été incapables de développer leur jeu et de s’extirper d’une poule largement à leur portée. Une cruelle désillusion pour la France qui succède ainsi à l’Italie (1950) et au Brésil (1966) en tant que tenant du titre éliminé dès le premier tour. Sort également connu par l’Italie en 2010, et l’Espagne cette année au Brésil.

Parcours de l’Équipe de France

Phase de poules: Sénégal – France (1-0), France – Uruguay (0-0), Danemark – France (2-0)

Vainqueur: Brésil (2-0 face à l’Allemagne)

 

2006: Allemagne. Finaliste

Equipe de France 2006 Allemagne

En haut : Zidane (cap.), Gallas, Vieira, Thuram, Henry, Abidal En bas : Makélélé, Malouda, Barthez, Sagnol, Ribéry

Lorsqu’on évoque la Coupe du Monde 2006, une multitude de souvenirs ressurgissent. La sélection surprise de Pascal Chimbonda, les premiers pas de Ribéry en bleu, le coup de boule sur Materazzi, la finale perdue aux tirs au but… Non, cette édition 2006 reste gravée dans la mémoire de tout aficionado du ballon rond.

Après s’être extirpé d’une phase poules compliquée et ponctuée par une victoire face au Togo (2-0), les Bleus de Raymond Domenech sont progressivement montés en régime pour se hisser en finale face à l’ennemi transalpin, en éliminant l’Espagne, le Brésil et le Portugal, excusez du peu. Malheureusement pour l’Équipe de France, la panenka marqué par Zidane sur penalty n’aura pas suffit à lancer la machine tricolore à la conquête d’une deuxième étoile. Fabio Grosso crucifiait les Bleus en inscrivant l’ultime penalty, synonyme de quatrième victoire en Coupe du Monde.

Parcours des Bleus

Phase de poules: France – Suisse (0-0), France – Corée du Sud (1-1), Togo – France (0-2)

Huitième de finale: Espagne – France (1-3)

Quart de finale: France – Brésil (1-0)

Demi-finale: Portugal – France (0-1)

Finale: France – Italie (1-1, 5-3 aux tirs au but)

 

2010: Afrique du Sud. Désillusion totale

Equipe de France 2010

En haut : Abidal, Lloris, Diaby, Gallas, Anelka
En bas : Govou, Ribéry, Sagna, Evra (cap.), Gourcuff, Toulalan

Par où commencer ? Par la désillusion sportive tout d’abord. Dans un groupe abordable (Uruguay, Mexique, Afrique du Sud), les Bleus ne sont parvenus à ne marquer qu’un petit point et un but en trois rencontres. Avec pour couronner le tout un jeu catastrophique et une combativité aux abonnés absents.

Mais la désillusion en Afrique du Sud fut malheureusement avant tout extra-sportive. Avec les insultes présumées de Nicolas Anelka, la recherche du « traître » selon Patrice Evra, la grève de l’entraînement et le célèbre épisode du bus, ou encore le refus de Raymond Domenech de serrer la main du sélectionneur de l’Afrique du Sud Carlos Alberto Parreira… l’Équipe de France a affiché un bien piètre visage durant son séjour sud-africain. Des comportements et résultats qui hantent encore tous les acteurs et amoureux du football français.

Parcours de l’Équipe de France

Phase de poules: Uruguay – France (0-0), France – Mexique (0-2), France – Afrique du Sud (1-2)

Vainqueur: Espagne – Pays-Bas (1-0 après prolongations)

 

2014: Brésil. Et maintenant ?

Equipe de France 2014 - Brésil

En haut : Griezmann, Pogba, Lloris (cap.), Sakho, Benzema, Varane
En bas : Cabaye, Matuidi, Evra, Valbuena, Debuchy

Des fantômes de Knysna que nous font oublier par les Bleus d’aujourd’hui. Forts de leur première victoire dimanche soir face au Honduras (3-0), les hommes de Didier Deschamps ont fait le plein de confiance et s’attaquent ce soir à la Suisse, sixième du classement FIFA (la France est 17ème). Une victoire et l’Équipe de France ferait un grand pas vers les huitièmes de finale. Reste à savoir si ce collectif jeune (26 ans de moyenne d’âge) et pétri de talent parviendra à réitérer les exploits de ses glorieux ainés. A vous de jouer messieurs, on ne demande que ça !

 

Julien COLLOMB
@JujuCollomb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.