Les Saints pointent vers le haut

Southampton est la bonne surprise de cette saison en Premier League

Troisième de Première League, Southampton est la surprise anglaise du début de saison. Meilleure défense du championnat, les Saints ne sont qu’à trois points du leader Arsenal. Pourtant, il y a quatre ans, le club avait été placé sous caution judiciaire et devait rembourser de lourdes dettes : « C’est la belle histoire venue d’Angleterre », comme le dirait Christian Jeanpierre.

 

Les supporters de Southampton se pincent pour y croire. Avec six victoires en onze matchs, leur équipe occupe la troisième place du championnat anglais, devant des grosses écuries comme Chelsea ou les deux Manchester. Invaincus depuis huit rencontres en Premiere League, les Saints enchaînent les bonnes performances : son entraîneur, l’ancien Parisien Mauricio Pochettino, a été élu meilleur manager du mois d’octobre. Et trois de ses joueurs viennent d’être appelés en sélection anglaise pour les matchs amicaux contre le Chili et l’Allemagne (Adam Lallana, Jay Rodriguez et Rickie Lambert).
A l’origine de ses résultats, il faut mentionner le nom de Markus Liebherr. Il y a quatre ans, cet homme d’affaire Suisse, aujourd’hui décédé, a déboursé environ 15 millions de livres pour devenir le propriétaire d’un club alors à la dérive. Plombé par des dettes colossales suite à la construction d’un stade qui n’a jamais  fait le plein, Southampton avait été rétrogradé en troisième division. «On a eu un nouveau président et tout a changé » reconnait le Français, Morgan Schneiderlin, qui fait les beaux jours de l’équipe cette saison. Le Suisse n’a passé que treize mois à la tête du club avant d’être emporté par une longue maladie, mais son passage a impulsé une nouvelle ère. Après deux montées successives, Southampton a retrouvé la Premiere League l’an dernier. Trente huit matches plus tard, le maintien était assuré avec une honorable quatorzième place.

 

Un mercato de riche et une défense de fer

Habitué à s’appuyer sur son centre de formation (Alan Shearer, Theo Walcott et Gareth Bale ont tous fait leur début avec les Saints), Southampton jouit désormais d’un pouvoir d’achat qui lui a permis de recruter lors du dernier mercato estival. Le Lyonnais Dejan Lovren, dont l’OL tenait à se séparer, a été transféré pour un montant de 10 millions d’euros. Dans la foulée, il était rejoint par  le prometteur Victor Wanyama, un jeune meneur de jeu kényan en provenance du Celtic Glasgow. Enfin, au mois d’août, l’Italien Pablo Osvaldo, qui sortait d’une saison à la Roma avec 20 buts au compteur, s’envolait outre Manche pour un transfert à hauteur de 18 millions d’euros. Toutes ces recrues venaient compléter un groupe déjà prometteur emmené notamment par le Français Morgan Schneiderlin et l’anglais Jay Rodriguez.

Hormis un faux pas à Norwich, Southampton débute le championnat sur les chapeaux de roues. Bristol, Crystal Palace, Swansea s’inclinent tour à tour face à l’attaque des Saints portée par le vieux briscard Rickie Lambert, auteur déjà de quatre buts et trois passes décisives. Contre Liverpool et Manchester, deux prétendants au sacre, les joueurs de Mauricio Pochettino montrent qu’ils sont taillés pour résister aux grandes équipes. Vainqueurs à Anfield (0-1), ils décrochent le nul chez les Red Devils (1-1). Organisés dans un 4-4-2 à l’ancienne, les Saints s’appuient surtout sur une ligne arrière de fer. Avec seulement cinq buts encaissés, elle est aujourd’hui la meilleure défense de Premiere League. Une performance dont le gardien Artur Boruc, doublure de Szczęsny en sélection polonaise, est pour beaucoup. Grâce à ses arrêts, l’ancien du Celtic a sauvé son équipe à plusieurs reprises depuis le début de la saison.

 

Des prochains rendez-vous cruciaux

Lors des quatre prochaines journées de championnat, Southampton va affronter trois autres ténors de la Premiere League : Arsenal, Chelsea et Manchester City. A l’issue de ces rencontres, on saura si les protégés de Pochettino sont en passe de réaliser un parcours sur le long terme. Ou si finalement il ne s’agissait que d’un feu de paille… Southampton était le port d’où est parti le Titanic en 1912 : espérons pour eux que leur saison n’ait pas la même issue tragique…
 

Nicolas DURDILLY
@NicolasDurdilly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.