Ne l’appelez pas le remplaçant

Brian Fairclough précuseur des super sub à Liverpool

Cette semaine nous fêtons la première année d’existence du site Les Remplaçants. A l’occasion nous vous offrons une série de portraits de joueurs qui comme nous s’accommodent très bien de ce rôle ingrat. Poser ses fesses au bord du terrain, regarder les autres jouer, les critiquer et mettre l’ambiance une fois dans le game c’est ça le football. Pour ce troisième portrait nous vous présentons le premier joueur à avoir été considéré comme un super remplaçant : David Fairclough.

 

Comme on a pu le voir avec Javier Hernandez ou Tore André Flo, en Premier League les journalistes s’enflamment et qualifient de « super-sub » tous les remplaçants qui une fois entrés sur le terrain donnent la victoire à leur équipe.

Le premier joueur a avoir porté ce titre honorifique c’est l’attaquant Anglais de Liverpool, David Fairclough. A peine sorti du centre de formation de l’Academy Liverpuldienne qu’il hérite déjà d’une belle réputation de joker. Pour sa première saison à l’ombre d’Anfield, David se signale avec un ratio impressionnant d’entrées en jeu (9) et de buts marqués (7), à une époque où les clubs de Premier League n’avaient le droit qu’à un seul changement par match. Un statut de « super-sub » qu’il a définitivement acquis le 16 mars 1977 en quarts de finale de la Ligue des Champions. Son club, Liverpool battu par Saint-Etienne 1-0 à l’aller, mène 2-1 au match retour. A la peine, les Reds font entrer Fairclough à 20 minutes de la fin et le bougre inscrira le but de la qualification au bout de quelques minutes sur le pré. Le commentateur du match pour la chaîne ITV, Gerald Sinstadt s’écriera « Le Super-Sub marque encore ! », la légende est née. Pour l’anecdote Liverpool ira soulever sa première Coupe aux grandes oreilles au bout de cette campagne.

 

Une vie entre ombres et lumière

Pourtant malgré ses coups d’éclat et un palmarès à faire rougir les plus grands avec six titres de champions d’Angleterre et trois Ligues des Champions, David Fairclough surnommé « La Flamme Rousse » ne fera jamais l’unanimité totale pendant les 8 saisons au cours desquelles il aura porté le maillot des Reds. Natif de Liverpool il est resté enfermé dans ce rôle de super remplaçant que lui ont taillé les médias. Un rôle qu’il a d’ailleurs toujours renié et dont il a tenté de se débarrasser en vain. S’il est vrai qu’il n’a pas été qu’un simple joker de luxe puisqu’il a quand même débuté 92 rencontres (contre 61 entrées en jeu) pour 51 buts, il est impossible de ne pas retenir que ses meilleures prestations ont été réalisées dès qu’il bondissait du banc.

David Fairclough

Bloqué en attaque par les phénomènes David Johnson, Kevin Keegan et John Toschack il se résignera à quitter sa ville natale en direction de Toronto au cours de la saison 1982. Peu en réussite, il reviendra sur le Vieux Continent à Lucerne en Suisse (83-85) puis portera les couleurs de Norwich (85) et Oldham (85-86) où il ne parviendra à inscrire que 9 buts en une soixantaine d’apparitions. La Flamme Rousse ne fera plus jamais d’étincelles et finira sa carrière tel un anonyme dans des clubs de seconde zone comme Beveren (86-89), Tranmere (89-90) et Wigan (90-91).

David qui refuse toujours qu’on l’appelle le « super-sub » mène une vie post-football à l’image de sa carrière entre ombres et lumière. Victime de la vie il a perdu sa femme en avril 2011 et a lui même failli y passer après une attaque cardiaque en octobre 2010. Pas très loin du carré vert il tient une chronique sur le site officiel de Liverpool un club où il est toujours extrêmement apprécié. En 2006 il sortait en 18ème position d’un sondage sur les joueurs qui ont fait lever Anfield. Ironie de l’histoire John Toschack n’était que 34ème et David Johnson 77ème, une belle revanche pour le remplaçant finalement à jamais titulaire dans le cœur rouge d’Anfield.

 

Elias TOUMI
@Sir_Elias_

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.