Tore fils d’Odin

Tore Andre Flo l'un des meilleurs remplaçants de l'histoire de Chelsea

Voilà déjà un an que nous avons lancé les Remplaçants dans le grand bain de l’info sportive de l’interweb mondial. Quoi de mieux pour honorer ce premier anniversaire que de parler des meilleurs, ou du moins, des plus célèbres remplaçants du football ? Aujourd’hui l’animal qui nous intéresse fait 1m93 et nous vient du grand nord, pas celui des caribous, non celui des dieux guerriers et de A-ha (vous savez le groupe qui braillait Take on Me dans l’autoradio de votre vieille Ford Escort de 89), la Norvège.
.
Si Manchester United avait peut-être le plus incroyable remplaçant de l’histoire avec Solskjaer, encore un norvégien, Chelsea n’était pas en reste avec certain Tore André Flo. Le joueur était plutôt atypique, grand avec 1m93 au garrot et pourtant à l’aise ballon aux pieds. Le vénérable Gianfranco Zola, le plus londonien des Italiens osera même la comparaison avec Marco Van Basten. Ne nous enflammons pas, Tore André Flo n’était pas vraiment de la même classe et ne partageait pas la technique du maestro. Par contre il n’avait pas grand-chose à lui envier en ce qui concerne l’efficacité dans la surface de réparation.

Entre le norvégien et le foot, c’est en quelque sorte une histoire de famille. Ses deux frères, Jarle et Jostein ont aussi mené une honorable carrière de pros dans divers clubs de premières divisions européennes. Jostein fera même un passage au Sheffield United lors d’une des rares aventures en Premier League du club durant les années 90. Le cousin Hâvard Flo jouera lui quelques années pour le Werder Breme et Wolverhampton. Mais le véritable crack chez les Flo, c’est Tore André. Les débuts sont assez explosifs. Le premier club des trois frères est le Sogndal Fotball, un des grands clubs de leur région natale. La première expérience est difficile sur un plan collectif, le club se voit rétrogradé en division inférieure à la fin de la saison 1993-1994. Pourtant le jeune Tore André se démarque déjà de ses coéquipiers. En 44 matchs disputés il plante plus de 21 pions. Une véritable explosion dès sa première aventure dans l’élite du foot norvégien. Les autres clubs ne peuvent se résoudre à laisser tomber ce jeune talent dans les méandres de la seconde division. L’attaquant rejoindra par la suite le Tromso Il en 1995. L’aventure dans cette nouvelle écurie tournera court, une petite année seulement, qui lui permettra tout de même de finir meilleur buteur de l’effectif. C’est aussi en 1995, qu’il connaîtra sa première sélection en équipe nationale. Le début d’une grande aventure faite de 76 matchs et empreinte de 23 buts inscrits ce qui en fera l’un des meilleurs marqueurs de l’histoire de la Norvège. L’année suivante, il effectuera une pige au sein du SK Brann pour y planter tranquillement un total de 28 buts en 40 matchs. Au total sur les 3 premières années de sa carrière, le jeune Tore André aura planté la bagatelle de 68 pions dans les filets du championnat Norvégien. Excusez du peu.

Tore André Flo

C’est en 1997 que sa carrière va prendre un tournant décisif. Celui qui va le révéler aux yeux de toute l’Europe. Chelsea le fait venir contre 300 000 livres, une broutille tant le joueur va se montrer précieux pour son club dans les années qui vont suivre. Arrive alors dans un championnat majeur européen, un joueur bien original. La différence de niveau entre  la Tippeligaen norvégienne et la Premier League ne va pas gêner l’attaquant.  Ainsi, sa première saison chez les Blues va être des plus prolifiques. 15 buts en 44 matchs toutes compétitions confondues. Et des compétitions, il va en faire justement et en gagner surtout. C’est le moment pour Tore André de remplir son armoire à trophée. Sa première année dans les vestiaires de Chelsea vont lui rapporter une Coupe de la Ligue anglaise ainsi que la plus belle pièce de sa chambre des trophées, la Coupe des Coupes (C2). Souvent décisif dans les grands matchs, le norvégien a toutes les cartes pour s’imposer comme l’un des meilleurs joueurs à son poste en Europe. Pourtant, le staff de Chelsea ne lui fait jamais totalement confiance. Gianluca Vialli, alors entraineur-joueur des Blues, fait venir Casiraghi pour suppléer Flo sur le front de l’attaque. Ce n’est pas vraiment un problème pour le Tore André puisque l’italien se blesse rapidement et se voit éloigné des terrains pendant plusieurs mois. Les Blues doivent se reposer encore une fois sur leur géant du nord pour planter des pions. Cette seconde saison est vierge de tous trophée, mais là n’est pas le plus important. Car le club termine troisième de son championnat et se qualifie pour la première fois de son histoire pour la grande Ligue des Champions. L’année suivante, Flo rajoute une coupe d’Angleterre à son palmarès et termine avec un score excellent de 19 buts. Et ce, sans jamais être un véritable titulaire. Voilà l’une des caractéristiques les plus marquantes de Tore André Flo. Sur ses trois années passées avec le maillot des blues, le norvégien aura joué 163 matchs dont 69 en étant remplaçant. Cela ne l’aura pas empêché de marquer à 71 reprises. A cela, il faut ajouter sa capacité unique à planter dans les rencontres décisives. Les supporters des blues se souviendront certainement pour toujours de ce fameux quart de finale de Champion’s League contre le Barça où Tore André plantera par deux fois.

L’aventure à Chelsea va se terminer avec l’arrivée de deux nouveaux attaquants dans l’effectif. Hasselbaink et Gudjohnsen débarquent dans la maison Blues. Ne se sentant plus en odeur de sainteté dans la capitale londonienne, Flo part pour d’autres horizons. Il ne fera que quelques centaines de kilomètres pour trouver son nouveau club. Ce sont les Glasgow Rangers qui vont accueillir l’attaquant. Avec un certain succès encore une fois. Le bleu réussi bien au norvégien puisqu’il va lui permettre de garnir son armoire à trophée d’une coupe de la ligue et d’une coupe d’Ecosse tout en s’imposant facilement comme le meilleur buteur du club sur les deux saisons qu’il va y faire. Encore une fois l’aventure va tourner court. En 2002 le joueur repart pour la Premier League et Sunderland. La suite de la carrière de Tore André Flo va être plus chaotique. Entre 2002 et son premier départ à la retraite en 2009, le norvégien connaîtra 5 clubs : Sunderland, Sienne, Valerenga, Leeds et Milton Keynes. La carrière de Tore André Flo, c’est un peu l’histoire d’un rendez-vous manqué avec la gloire. Des débuts tonitruants et prometteurs en championnat Norvégien, une aventure à Chelsea faite de nombreux buts et trophées et puis une suite incompréhensible de piges de courtes durées (jamais les aventures dans ces clubs ne dépasseront 2 ans) plus ou moins réussies dans des clubs de secondes zones. Ce n’est pas le talent qui a manqué au norvégien, en témoignent les statistiques. Sur les 481 matchs qui auront ponctué sa carrière en club, il aura inscrit un total de 214 buts.

Tore André Flo - Norvège

Alors que retenir de Tore André Flo ? Certainement que c’est l’un des remplaçants les plus talentueux de l’histoire. Mais surtout l’un des attaquants les plus sous côtés de ces dernières années. Et enfin qu’il méritait probablement mieux que chauffer continuellement le banc pour jouer les secondes mi-temps. Sa technique assez unique pour sa grande taille et son gabarit imposant en faisait une sorte de Zlatan en version Beta. Sauf que le Norvégien était doté d’un professionnalisme absolu et a toujours accepté son éternel rôle de remplaçant de luxe. Après 2009, Tore André n’est jamais resté bien loin des terrains. Il aura même tenté un retour et une dernière aventure au sein de  sa première équipe Sogndal, le temps de jouer 23 matchs et d’y inscrire les deux derniers buts de sa carrière. Il raccroche définitivement les crampons à la fin de la saison 2012. Aujourd’hui, le norvégien s’occupe de la jeunesse. En 2010 il a créé la Tore André Flo Academy, chargée de repérer et d’aider au développement des futurs cracks du ballon rond. Une opération qui semble connaitre un certain succès puisque Chelsea vient même de faire appel à son ancien attaquant pour prendre en charge ses U21. Que ce soit avec sa famille, avec les autres attaquants de son équipe ou les jeunes, au final le foot et Tore André Flo aura toujours été une histoire de partage.

 

Cyril MORACHIOLI
@_Cym_

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.